Société Française de Biomatériaux et Systèmes Implantables

Formation diplômante en implantologie orale

Mémoires de formation en implantologie

Mémoires

Des mémoires, réalisés par les membres de la SFBSI au cours de leur cursus sont disponibles sur une demande écrite au secrétariat.

Certains des mémoires sont accessibles directement sur le site.

Pour y accéder, dirigez-vous vers l’espace adhérent. Inscrivez-vous et un mot de passe vous permettra d’accéder au service en ligne.

Les mémoires sont mis en ligne dans la rubrique “Echange de documents.”

Il faut impérativement être adhérent à la SFBSI et à jour de ses cotisations.


Le volume osseux réduit de certains patients ne nous permet pas toujours de mettre des implants standards. Cependant, avant d’envisager des chirurgies de reconstructions, nous pouvons envisager de nous adapter à l’anatomie du patient. L’utilisation d’implants de diamètre, de longueurs différentes de l’implant standard, l’angulation de l’implant, le décalage du site d’implantation idéalement prévu peut être étudié, dans la mesure où le recul clinique de ces différentes options nous assure une pérennité convenable du traitement.


Traiter de l’esthétique en odontologie, tout comme en philosophie ou en art c’est aborder une vaste problématique aux ramifications nombreuses, diverses et variées qui n’en doutons pas dépassent largement le cadre de ce modeste mémoire. Aussi, notons d’emblée que nos propos n’auront rien d’exhaustifs, que des éléments ne seront pas abordés, d’autres seulement cités et quelques uns développés. Ce travail est composé de trois parties : La première traitant de la place de l’esthétique en général et en odontologie en particulier La seconde de l’analyse esthétique La troisième des considérations anatomiques et chirurgicale au maxillaire antérieur. Les considérations prothétiques en vues d’améliorer les résultats en esthétique implantaire de seront pas abordés. « Le diagnostic esthétique n’est certainement pas qu’une affaire de point de vue, mais il repose sur une culture esthétique et une éducation du sens artistique du praticien et de son prothésiste ».


Le succès rencontré dans le remplacement de dents naturelles agénésiées ou perdues, a fait de l’implantologie orale une discipline incontournable dans notre pratique actuelle. Cependant, la réhabilitation prothétique par le biais d’implants ne peut être pleinement réussie qu’en présence d’une intégration solide de l’implant dans l’os alvéolaire. Dès le début des années 60, le titane pur a été étudié pour ces propriétés mécaniques et biologiques, notamment sa biocompatibilité de surface, en vue de son implantation dans un milieu biologique. Ces études ont montré la capacité de ce matériau à établir une liaison structurelle rigide avec l’os, empêchant le retrait de l’implant quelques semaines après son insertion. La description de l’ostéointégration, en 1985, par le docteur P-I Brånemark a engendré une véritable révolution dans le domaine de l’implantologie. Même si la mise en place de prothèses sur implants endo-osseux est une thérapeutique largement utilisée aujourd’hui, la compréhension de ce phénomène au niveau biochimique, cellulaire et moléculaire est encore limitée. Le nombre important d’états de surface implantaire proposés par les fabricants, témoigne de la nécessité d’obtenir une ostéointégration rapide et optimale, permettant une mise en charge la plus précoce possible. Notre travail a donc pour but de décrire, dans une première partie, l’ensemble des processus biochimiques, cellulaires et moléculaires se produisant à interface os-implant et aboutissant au phénomène d’ostéointégration implantaire. Dans une seconde partie, nous recenserons les différents états de surface, classés en fonction des techniques de modulation de surface utilisées, et leur influence sur l’ostéointégration. Enfin, nous dresserons un bilan des différentes surfaces et systèmes implantaires passés, actuels et à venir.


Une étude méticuleuse de la situation initiale par l’anamnèse, le bilan médical, l’examen clinique exo et endo buccal, l’examen radiologique et le montage du Wax up, aboutissant au guide radiologique et chirurgical permettra une évaluation précise du site à implanter et du résultat esthétique et fonctionnel de la restauration prothétique que l’on peut obtenir. L’identification des difficultés et de leur gestion devra être diagnostiquée avant le début du traitement et la conséquence en durée, séquences, complexité, nécessité d’intervention sur les tissus osseux et/ou mous et coût du traitement, avantages et inconvénients de chaque solution devront être compris par le patient. Il est impératif d’acquérir auprès de celui-ci son entière coopération afin qu’il devienne l’acteur de son projet et le complice du praticien, ce qui pourra être un facteur primordial de la garantie du succès thérapeutique. Il pourra d’autant plus comprendre les compromis, les aléas et la durée parfois fastidieuse de certaines phases. La pérennité du travail ne pourra exister que si le programme de maintenance est suivi et une hygiène rigoureuse maintenue, éléments essentiels exigés lors du consentement écrit. L’association significative entre l’accumulation de plaques et l’apparition de lésions inflammatoires des tissus mous péri- implantaires (mucosites) a été mise en évidence à court terme. A long terme, l’inflammation progressera et entrainera une destruction osseuse (périimplantite) pouvant induire la perte des implants par l’absence de traitement. Le contrôle de l’occlusion fonctionnelle évitera une perte osseuse marginale compromettant le résultat plus cosmétique (artifice recréé ou maintenu) qu’esthétique (ayant une connotation de jugement subjectif) car labile. L’accent doit être mis sur la responsabilité et le rôle central du patient (motivation) dans la préservation des résultats thérapeutiques.


Résumé :

L’extraction chirurgicale d’une dent dont la racine est condamnée est souvent la seule alternative thérapeutique proposée au patient. Pourtant la résorption alvéolaire génère de nombreuses difficultés dans le choix du traitement implantaire. L’égression orthodontique permet à l’inverse d’augmenter le volume osseux. Nous expliquerons les conséquences tissulaires du mouvement d’égression. Des techniques simples réalisables dans le cadre d’un exercice d’omnipratique seront ensuite détaillées. Enfin deux cas cliniques illustreront l’aménagement de sites extractionnels par égression orthodontique à visée préimplantaire, indication de choix pourtant souvent négligée.

Mots clés : Key-words :

Implants implant Orthodontie orthodontics Egression orthodontique forced eruption


Espace adhérent

Devenir membre

La SFBSI en images

Lettre d'information